Begin main content

Examen de l’efficacité clinique du sulfosuccinate de dioctyle ou du docusate (sodique ou calcique) dans la prévention et la prise en charge de la constipation

Dernière mise à jour : 26 juin 2014
Numéro de projet : RC0561-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Rapport en Bref

Contexte
Bien qu'il existe différentes définitions de la constipation, on la décrit souvent comme une réduction de la fréquence des selles à moins de trois par semaine ou par des symptômes qui comprennent de la difficulté à évacuer les selles, des selles dures, des crampes abdominales ou des selles incomplètes. La constipation peut être idiopathique, sans cause connue, ou elle peut être causée par l'alimentation, la médication ou une condition médicale. On estime que de 2 % à 27 % de la population en est atteinte. De plus, la constipation est beaucoup plus fréquente chez les personnes âgées et chez les patients qui prennent des opioïdes.

Technologie
Les thérapies courantes pour la constipation comprennent les fibres alimentaires ou les agents de gonflement (p. ex. l'enveloppe de psyllium), les laxatifs osmotiques (p. ex. la laculose, le sorbitol, le polyéthylène glycol [PEG]), les laxatifs stimulants (p. ex. les sennosides, le bisacodyl, le picosulfate de sodium), et les émollients fécaux (p. ex. le docusate sodique et le calcium). En Amérique du Nord, le docusate sodique combiné à un laxatif stimulant est couramment utilisé dans les protocoles de traitement de la constipation chez las patients âgés institutionnalisés et chez les patients traités en oncologie.

Sujet
Étant donnée la fréquence à laquelle les émollients fécaux sont prescrits dans la pratique clinique quotidienne et malgré leur cout peu élevé, un examen de l'efficacité du dioctylsulfosuccinate (docusate sodique) aidera à soutenir la prise de décisions éclairées concernant la prévention et la prise en charge de la constipation.

Méthodes
On a procédé à une recherche documentaire limitée à partir des ressources clés et examiné les titres et résumés des publications repérées. On a ensuite évalué le texte intégral des publications en vue de procéder au choix final des articles selon des critères de sélection déterminés au préalable (population, intervention, comparateur, résultats et plan des études).

Résultats
La recherche documentaire a permis de relever 367 références, dont 15 ont été considérées potentiellement pertinentes. Trois articles ont été retenus en provenance d'autres sources. De ces 18 études, 5 répondaient aux critères d'inclusion de cet examen : 2 examens systématiques, 1 étude contrôlée randomisée et 2 études non randomisées.

Messages clés
Pour la prévention et la prise en charge de la constipation :

  • Il y a peu de données probantes qui appuient l'usage du docusate sodique chez les patients hospitalisés ou les bénéficiaires de centres de soins de longue durée.
  • En comparaison avec un placébo, le docusate sodique n'augmente pas la fréquence des selles ou leur ramollissement.
  • Le docusate sodique ne soulage pas les symptômes de la constipation.
  • Le docusate sodique n'améliore pas les difficultés d'évacuation des selles ni des selles incomplètes chez les patients prenant des opioïdes.

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique du sulfosuccinate de dioctyle ou du docusate (sodique ou calcique) dans la prévention et la prise en charge de la constipation?

Messages clés

Il existe peu de preuves de bonne qualité qui soutiennent l’utilisation du docusate pour la prévention et la prise en charge de la constipation chez les patients en centre de soins de longue durée. Le docusate ne semble pas plus efficace que le placébo pour augmenter la fréquence des selles ou leur ramollissement. De plus, il ne semble pas réduire les symptômes associés à la constipation (c.-à-d. les crampes abdominales) ni avoir d’effet sur les perceptions associées à l’évacuation complète des selles ou aux difficultés d’évacuation. Des études primaires plus robustes et de haute qualité sont nécessaires pour s’assurer de l’efficacité clinique du docusate dans la prévention et la prise en charge de la constipation, quelle qu’en soit la cause.