Begin main content

Augmenter la fréquence de l'autosurveillance de la glycémie durant la grossesse : efficacité clinique, rentabilité et lignes directrices

Dernière mise à jour : 4 avril 2017
Numéro de projet : RC0871-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique de l’augmentation de la fréquence de l’autosurveillance de la glycémie chez la femme enceinte atteinte de diabète de type 1 ou de type II ou chez la femme enceinte qui présente un diabète gestationnel, qui est sous insulinothérapie?
  2. Quelle est la rentabilité de l’augmentation de la fréquence de l’autosurveillance de la glycémie chez la femme enceinte atteinte de diabète de type 1 ou de type II ou chez la femme enceinte qui présente un diabète gestationnel, qui est sous insulinothérapie?
  3. Que disent les lignes directrices fondées sur des preuves au sujet de l’autosurveillance de la glycémie chez la femme enceinte atteinte de diabète de type 1 ou de type II ou chez la femme enceinte qui présente un diabète gestationnel, qui est sous insulinothérapie?

Messages clés

Nous n’avons pas recensé d’études cliniques ni d’études économiques. Un guide de pratique canadien sur le diabète et la grossesse recommande l’autosurveillance de la glycémie à une fréquence minimale de quatre fois par jour, que la femme utilise de l’insuline ou pas, tandis qu’un guide de pratique américain recommande l’autosurveillance de la glycémie par toutes les femmes enceintes atteintes de diabète; l’autosurveillance devrait s’effectuer avant et après les repas, au coucher et pendant la nuit.