Begin main content

Comité d’experts en examen sur les technologies de la santé

Le Comité d’experts en examen sur les technologies de la santé (CEETS) est un organe consultatif de l’ACMTS créé en vue d’élaborer des conseils et/ou des recommandations en matière de technologies de la santé non médicamenteuses afin de renseigner un grand nombre d’intervenants au sein du système de soins de santé canadien.

Ce comité suit une approche factuelle et se sert d’un encadrement multicritères qui prend en compte la nature concluante et la qualité des données probantes et des renseignements économiques disponibles, les pratiques et les tendances d’utilisation actuelles en matière de ressources et d’autres éléments tels que la rétroaction des patients ainsi que les considérations pratiques, éthiques, environnementales et psychosociales.

Le Comité est composé de six membres principaux qui couvrent tous les sujets à examiner. Parfois selon le projet, des experts y seront nommés pour partager leur expertise à propos d’un sujet en particulier. Les membres principaux possèdent de l’expertise en médecine factuelle et/ou en évaluation critique et comprennent un président, une éthicienne, un économiste de la santé, un praticien en santé et un représentant du public (qui sera nommé prochainement). Ce dernier représentera les intérêts du public en général et possèdera de l’expérience ou manifestera de l’intérêt à l’égard des questions liées aux soins de santé.

Le Comité d’experts en examen sur les technologies de la santé rend compte au président-directeur général de l’ACMTS. Les membres du comité sont tenus de respecter les Lignes directrices sur les conflits d’intérêts et le code de conduite de l’ACMTS. Des honoraires leur sont versés en rétribution de leur préparation en vue des réunions et de leur présence à celles-ci.

Mandat (disponible en anglais seulement)

HTERP Process (disponible en anglais seulement)

Président

Brigadier General (Retired) Hilary Jaeger, MSc, MD, CHE

Dre Hilary JaegerLa Dre Hilary Jaeger a été chirurgienne généraliste des Forces armées canadiennes et médecin militaire des Anciens Combattants Canada. Elle a commencé sa carrière en tant que médecin de soins primaires. Au cours de ses 30 années de service militaire, elle a travaillé à plusieurs endroits au Canada et outre-Atlantique, en Allemagne, en Croatie, en Bosnie, et en Afghanistan. En plus de la prestation de soins, elle a développé des compétences en gouvernance des systèmes de soins de santé, en développement des ressources humaines en santé, en gestion de la recherche en santé, et en développement de politiques en matière de santé. Elle a gravi plusieurs échelons professionnels au cours de sa carrière. Elle s’intéresse maintenant principalement à l’impact de la structure des systèmes de santé et de la mise en place de politiques en matière de santé sur la santé de la population.

La Dre Jaeger occupe le poste de vice-présidente au conseil d’administration d’Ostéoporose Canada. Elle détient un baccalauréat ès sciences en mathématiques de l’Acadia University; une maitrise en économie de la santé, politiques et gestion de la London School of Economics; et un Doctorat en Médecine (MD) de l’Université de Toronto.

Divulgation des conflits d’intérêts


Membres

Jenny Basran, MD, FRCPC

Dre Jenny BasranDre Jenny Basran est interniste-gériatre et sa pratique clinique consiste à aider les patients âgés et leur famille à affronter les défis du déclin cognitif et physique. De plus, Dre Basran donne des services de médecine interne au services de soins aigus du Royal University Hospital de Saskatoon.

Elle est à la tête de la division de médecine gériatrique de l’Université de la Saskatchewan depuis 2004. Elle y a travaillé avec la régie régionale de santé à la restructuration des services cliniques afin de satisfaire à la demande grandissante de la population âgée. Ce processus et son expérience clinique lui ont permis d’acquérir une vue d’ensemble des failles du système actuel et de la manière d’effectuer des changements dans un système complexe de santé. Elle a mené ou participé à de nombreux projets régionaux, provinciaux ou nationaux visant à améliorer les soins de santé pour les ainés. Elle a récemment été nommée codirectrice du tout nouveau projet de Santé Saskatchewan ED Wait times and Patient Flow, un projet qui porte sur la réduction des temps d’attente dans les urgences.

Dre Basran est chercheuse et professeure agrégée à l’Université de la Saskatchewan. Elle est récipiendaire de plusieurs bourses de recherche nationales de l’IRSC et du CRNSG pour ses recherches dans le domaine des technologies de la santé pour les ainés. Elle a coopéré avec des ingénieurs pour développer un système de détection des chutes pour les personnes âgées ainsi qu’avec des experts en informatique sur des dossiers de santé informatisés pour les hôpitaux et sur des technologies qui permettraient aux ainés de demeurer à la maison en sécurité.

Dre Basran se concentre maintenant à évaluer la faisabilité de l’utilisation de dispositifs technologiques auprès des adultes. Elle analyse l’hypothèse selon laquelle la technologie améliore la qualité de vie des adultes et de leurs aidants, tout en augmentant la qualité et l’efficacité du système de soins de santé. Elle s’intéresse particulièrement à l’amélioration de la qualité et de l’accessibilité des soins en milieu rural.

Divulgation des conflits d’intérêts

Lawrence Mbuagbaw, MD, M.Ph., Ph. D.

Dr Lawrence Mbuagbaw

Dr Lawrence Mbuagbaw est chercheur scientifique en méthodologie dans les domaines de l’épidémiologie et de la biostatistique. Il a été formé à la Faculté de Médecine et des Sciences biomédicales (FMSB) au Cameroun (MD, 2005), l’Université hébraïque de Jérusalem (M. Ph. 2009) et à l’Université McMaster (Ph. D. en Méthodologie de recherche en santé, 2014). Il est professeur adjoint à l’Université McMaster où il donne des cours en biostatistique et essais randomisés. Il est aussi chercheur scientifique en méthodologie à l’Institut de recherche du St Joseph’s Healthcare Hamilton (SJHH) où il apporte du soutien en méthodologie et en statistiques aux autres chercheurs. Il est l’investigateur principal de nombreux projets de recherche couvrant une grande variété de modèles de recherche, y compris des essais randomisés, des études à méthodes mixtes et des études qualitatives. Il est l’auteur de plus de 140 publications évaluées par des pairs et de rapports techniques pour des institutions nationales et internationales. Ses intérêts de recherche sont les maladies infectieuses, la santé maternelle et infantile, la santé mobile (mHealth), le renforcement des systèmes de santé et l’intersection entre ces domaines.

Lawrence a siégé à divers comités, dont le Groupe de développement de lignes directrices de l’Organisation mondiale de la santé où il travaillé sur la malaria, le VIH et la tuberculose; G-I-N‒Guidelines International Network Africa et le réseau Cochrane africain; le Ontario HIV Treatment Network Cohort Study; le ACCHO‒African and Caribbean Council on HIV/AIDS in Ontario; le Réseau canadien pour les essais VIH des Instituts de recherche en santé du Canada; et la Adherence Expert Review Panel of the Bill & Melinda Gates Foundation.

Divulgation des conflits d’intérêts

Jeremy Petch, Ph. D.

Dr Jeremy PetchDr Jeremy Petch est rédacteur en chef du webzine Healthy Debate, directeur des projets spéciaux du Li Ka Shing Knowledge Institute de l’hôpital St. Michael’s et professeur adjoint au Institute of Health Policy, Management and Evaluation de l’Université de Toronto. Il est également cocréateur de Faces of Health Care, un site Web qui explore l’aspect humain des politiques en santé par le biais de la photographie et de témoignages. Il est membre du conseil d’administration du Centre de santé communautaire Regent Park et président de son comité de contrôle de la qualité.

Jeremy détient un Ph. D. en philosophie de l’Université York, un diplôme de deuxième cycle du Centre ontarien de formation de recherche en politiques et en services de santé ainsi qu’une maitrise et un baccalauréat spécialisé en philosophie de l’Université de Victoria. Ses recherches doctorales ont porté sur les recoupements entre l’éthique, les lois et les politiques publiques dans la règlementation touchant aux technologies de dépistage génétique. Auparavant, il a été adjoint de recherche à l’Institut de recherche sur le travail et la santé.

Divulgation des conflits d’intérêts

Lynette Reid, Ph. D.

Lynette Reid Lynette Reid, titulaire d’un doctorat, est professeure agrégée au département de bioéthique de la faculté de médecine à l’Université Dalhousie. À ce poste, elle dirige, de concert avec des collègues, la révision de l’ensemble des éléments du programme d’études et la conception et la mise en œuvre du module de compétences professionnelles interdisciplinaires de deux ans.

Ses activités de recherche sont à la croisée de la santé publique, de la conception de systèmes de santé et de la pratique médicale. À l’heure actuelle, elle se consacre à un projet de livre sur les questions éthiques et philosophiques relatives au dépistage du cancer; récemment, elle a dirigé la publication d’un numéro spécial sur les enjeux normatifs rattachés à « l’accès préférentiel » dans le système de soins de santé canadien.

Divulgation des conflits d’intérêts

Tonya Somerton, B. Sc. inf., inf. aut., MTM

Tonya SomertonTonya Somerton est la directrice d’une division de soins de santé de courte durée à la régie régionale des services de santé Eastern Health à Terre-Neuve-et-Labrador. Elle est une infirmière bachelière diplômée de Memorial University of Newfoundland (MUN) en 2001. Elle exerce sa profession en milieu de soins de courte durée tout au long de sa carrière d’infirmière soignante en se spécialisant dans les soins intensifs et les soins d’urgence. Elle occupe un poste de gestionnaire à Eastern Health depuis 2007 et, à ce titre, elle est responsable des services offerts dans les programmes de chirurgie et de santé de l’enfant et de la femme à l’Hôpital général de Carbonear à Terre-Neuve-et-Labrador. En 2015, elle termine sa maitrise en gestion des technologies (Masters in Technology Management) au Marine Institute of NL (MUN), où ses activités de recherche sont axées sur l’évaluation des technologies de la santé et l’établissement des priorités dans l’acquisition de technologies de la santé.

Divulgation des conflits d’intérêts

Jean-Éric Tarride, Ph. D.

Dr Jean-Éric TarrideÉconomiste de formation (titulaire d’un doctorat en économie de l’Université Concordia à Montréal), Dr Jean-Éric Tarride est un professeur agrégé au département des méthodes, des preuves et de l’incidence de la recherche en santé et au département de l’économie à l’Université McMaster. Il dirige le Centre for Health Economics and Policy Analysis (CHEPA) à cette université et il codirige le Program for Assessment of Technology in Health (PATH) à l’institut de recherche rattaché au St. Joseph’s Healthcare à Hamilton.

Dans ses activités de recherche, il se penche principalement sur la méthodologie de l’évaluation économique des technologies et des programmes de santé et sur le traitement de l’incertitude. Il est l’auteur de plus de 120 articles revus par des pairs sur l’évaluation économique de programmes de santé et il a collaboré avec des cliniciens et des chercheurs à titre de directeur du volet économique à plus de 70 projets subventionnés sélectionnés par concours.

Depuis au moins dix ans qu’il exerce à PATH et à l’Université McMaster, il a conçu et mené des essais pragmatiques pour renseigner le Comité consultatif ontarien des technologies de la santé et le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario sur le remboursement et la diffusion de technologies médicales en Ontario. Le ministère lui a d’ailleurs accordé une bourse de carrière en recherche quinquennale (2007-2011) pour sa contribution à la recherche sur les services de santé en Ontario. Il est actif dans les domaines de l’enseignement supérieur et de l’éducation professionnelle où il offre des cours d’introduction ou de perfectionnement en gestion des technologies de la santé et sur la modélisation analytique décisionnelle avancée.

Outre son expertise scientifique, il possède une expérience de plus de dix ans dans l’industrie pharmaceutique où il a œuvré à titre notamment de directeur de l’économie de la santé et du remboursement chez AstraZeneca (juillet 2012 à aout 2014) et de cadre supérieur à l’analyse de résultats pour le compte de Pfizer Canada (2001 à 2005). Il est membre du groupe d’orientation économique au Programme pancanadien d’évaluation des anticancéreux (PPEA) de l’ACMTS.

Divulgation des conflits d’intérêts