Emploi hors indication des immunoglobulines intraveineuses dans la prise en charge de l'avortement spontané récurrent : efficacité clinique


( Dernière mise à jour : mai 11, 2018)
Gamme de produits:
Examen d’une technologie de la santé
Project Sub Line:
Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Numéro de projet :
RC0966-000

Détails


Question


  1. Quelle est l’efficacité clinique des immunoglobulines, administrées par la voie intraveineuse ou sous-cutanée, employées hors indication dans le traitement de l’avortement spontané récurrent?


Messages clés

Deux revues systématiques, trois essais cliniques comparatifs randomisés et quatre études non randomisées examinent l’efficacité clinique des immunoglobulines intraveineuses dans le traitement de l’avortement spontané récurrent. Une revue systématique et un essai clinique comparatif randomisé de bonne qualité, deux essais cliniques comparatifs randomisés de qualité moyenne et une étude non randomisée de faible qualité ne constatent pas de différence de taux de naissances vivantes entre les femmes traitées par des immunoglobulines intraveineuses et les femmes traitées par un placébo ou une autre option de traitement dans un groupe de femmes ayant subi des avortements spontanés récurrents. Une revue systématique de bonne qualité, une étude non randomisée de qualité moyenne et deux études non randomisées de faible qualité font état d’une amélioration remarquable du taux de naissances vivantes chez les femmes traitées par des immunoglobulines intraveineuses comparativement à celles qui ne reçoivent pas d’immunoglobulines intraveineuses parmi des femmes ayant subi des avortements spontanés récurrents. Des cinq études présentant des résultats quant aux évènements indésirables ou aux effets secondaires, aucune ne rapporte d’évènements indésirables graves; quatre font état d’effets secondaires bénins chez certaines patientes traitées par des immunoglobulines intraveineuses comparativement aux patientes du groupe témoin. Quatre études examinent des paramètres obstétricaux, périnatals et néonatals, mais ne détectent pas de différences d’importance clinique entre les groupes de traitement. Dans la plupart des études, les auteurs soulignent la nécessité de la tenue d’études de vaste envergure à répartition aléatoire pour obtenir des données probantes qui permettront de dissiper l’incertitude qui persiste au sujet de l’efficacité clinique des immunoglobulines intraveineuses dans la prise en charge de l’avortement spontané récurrent.