Begin main content

Examen de l’efficacité clinique des interventions en soins primaires visant à réduire l’obésité chez les patients diabétiques

Dernière mise à jour : 25 juin 2014
Numéro de projet : RC0564-001
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Rapport en Bref

Contexte
Le diabète de type 2 est une maladie chronique caractérisée par l’hyperglycémie qui se produit lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou que le corps n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. Le surpoids peut contribuer à l’apparition du diabète et certains médicaments antidiabétiques peuvent également favoriser le gain de poids. En 2012, 14,7 % des Canadiens et Canadiennes obèses de 18 ans et plus avaient le diabète, alors que 5,1 % de ceux et celles qui n’étaient pas obèses l’avaient. Les bienfaits de la perte de poids chez les patients en surpoids ou obèses ayant le diabète de type 2 sont, entre autres, un meilleur contrôle de la glycémie, une mobilité accrue et un moindre besoin de certains médicaments.

Technologie
Les thérapies pour traiter l’obésité réduisent l’apport calorique ou augmentent la dépense énergétique. Les stratégies de perte de poids chez les patients obèses ayant le diabète de type 2 regroupent les changements au style de vie tels que des modifications au régime alimentaire, et une augmentation de l’exercice physique ainsi que des interventions pharmacologiques. Pour plusieurs diabétiques, une perte de poids initiale de 5 % à 7 % est réaliste.

Sujet
Étant donné l’importance de la perte de poids dans la diminution ou l’arrêt de la progression du diabète de type 2, un examen de l’efficacité clinique à long terme des interventions visant la gestion de l’obésité en soins primaires contribuera à orienter les décisions au sujet de la meilleure manière d’aborder la perte de poids auprès des diabétiques de type 2.

Méthodes
On a procédé à une recherche documentaire limitée à partir des ressources clés et examiné les titres et résumés des publications repérées. On a ensuite évalué le texte intégral des publications en vue de procéder au choix final des articles selon des critères de sélection déterminés au préalable.

Résultats
La recherche documentaire a permis de repérer 461 références dont 25 étaient potentiellement pertinentes. Dix rapports recensés d’autres sources se sont ajoutés. Parmi ces 35 rapports, 10 ont satisfait aux critères d’inclusion du présent examen : 5 études uniques randomisées contrôlées et 5 articles additionnels décrivant des analyses secondaires des études uniques randomisées contrôlées.

Messages clés
Pour la perte de poids chez les diabétiques en surpoids ou obèses :

  • La réduction de l’apport calorique amène une plus grande perte de poids à court terme (6 mois) que l’augmentation de l’exercice physique.
  • Une combinaison de l’alimentation et de l’exercice est nécessaire pour réussir et maintenir la perte de poids à long terme (12 mois ou plus).
  • Plus de patients ayant recours à des médicaments atteignent des réductions de poids de 5 % ou plus que les patients ayant recours à des changements de style de vie.
  • La perte de poids est associée à un meilleur contrôle de la glycémie, à une amélioration de la qualité de vie, à la réduction de la perte de mobilité, à la réduction du recours aux médicaments antidiabétiques et à une réduction de la mortalité.

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique des interventions en soins primaires à long terme visant à gérer l’obésité dans le but de ralentir la progression du diabète de type 2 ?

Messages clés

En se concentrant sur les habitudes de vie pour atteindre une perte de poids chez les patients diabétiques de type 2 en surpoids ou obèses, il a été démontré que diminuer l’apport calorique produit une plus grande perte de poids à court terme (6 mois) que l’activité physique. Cependant, une combinaison de régime alimentaire et d’exercice est nécessaire pour atteindre et maintenir la perte de poids à long terme ( 12 mois). Une proportion significativement plus grande de patients recourant aux interventions pharmacologiques atteint une réduction de 5 % ou plus de leur poids initial par rapport à ceux qui recourent à une intervention classique axée sur le mode de vie. La perte de poids observée chez les patients diabétiques de type 2 en surpoids ou obèses a été associée à un meilleur contrôle de l’indice glycémique (tel que démontré par une sensibilité accrue à l’insuline, une meilleure glycémie à jeun et HbA1c), à une meilleure qualité de vie et à une réduction du risque de la perte de mobilité. Une réduction de poids satisfaisante a été réalisée lorsque la dépense énergétique a été augmentée à 1000 kcal/jour et au-delà, et l’amélioration du contrôle glycémique semble être associée à une perte de poids de 5 % ou plus. L’amélioration du contrôle glycémique a abouti à la réduction (voire à l’arrêt, dans certains cas) de l’utilisation de médicaments antidiabétiques chez certains patients. Malgré les difficultés rencontrées par certains patients diabétiques de type 2 obèses pour atteindre le seuil requis de la perte de poids (poids corporel initial 5 %) afin de réaliser un équilibre glycémique cliniquement significatif, les efforts continus ont été encouragés, étant donné qu’une perte de poids modeste intentionnelle peut améliorer les facteurs de risque cardiovasculaires et diminuer la mortalité.