L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

La carbétocine dans la prévention de l'hémorragie postpartum : efficacité clinique, rapport cout/efficacité et lignes directrices

Dernière mise à jour : 29 juillet 2019
Numéro de projet : RC1157-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique de la carbétocine chez les personnes qui subissent une césarienne ou un accouchement vaginal qui sont à haut risque d’hémorragie postpartum?
  2. Quel est le rapport cout/efficacité de la carbétocine chez les personnes qui subissent une césarienne ou un accouchement vaginal qui sont à haut risque d’hémorragie postpartum?
  3. Quelles sont les lignes directrices fondées sur des données probantes concernant l’usage de carbétocine chez les personnes qui subissent une césarienne ou un accouchement vaginal qui sont à haut risque d’hémorragie postpartum?

Messages clés

Une revue systématique des évaluations économiques, deux revues systématiques d’études d’efficacité, sept essais contrôlés randomisés, cinq études non randomisées, deux évaluations économiques et cinq lignes directrices ont été retenus. Il existe des données probantes à l’appui de l’utilisation de la carbétocine dans la prévention de l’hémorragie postpartum (HPP) à une dose de 500 ml ou plus, ou 1000 ml ou plus sur la base d’une métaanalyse en réseau. Dans une analyse de sous-groupes et une revue systématique plus petite, la carbétocine est plus efficace que l’ocytocine dans la prévention de l’HPP pour la césarienne, mais pas l’accouchement vaginal. Dans les études primaires, la carbétocine est associée à une efficacité similaire ou plus grande en ce qui concerne la prévention de l’HPP, réduisant l’utilisation d’utérotoniques supplémentaires ou de gouttes d’hémoglobine. Dans l’examen systématique des évaluations économiques, la carbétocine est plus rentable que l’ocytocine pour la prévention de l’HPP. Du point de vue du Royaume-Uni, la carbétocine, l’ocytocine et un autre agent utérin sont considérés comme les stratégies les plus rentables pour prévenir l’HPP. Cependant, dans une évaluation économique colombienne, la carbétocine est moins rentable pour les naissances vaginales que le seuil de rentabilité, mais est moins couteuse et plus efficace pour la césarienne. Selon une directive canadienne de 2018, la carbétocine est recommandée pour prévenir l’HPP dans l’accouchement par césarienne et par voie vaginale avec un facteur de risque d’HPP. La carbétocine est également considérée comme un traitement de première intention dans une directive allemande de 2018. Toutefois, trois lignes directrices publiées avant 2018, y compris une ligne directrice canadienne, ne recommandent pas la carbétocine ou ne la considèrent pas comme une option de première intention. Les limites du présent rapport comprennent des définitions différentes de l’HPP et des facteurs de risque, des mises à jour en attente d’une métaanalyse en réseau importante et des recommandations incohérentes. Pour ce qui est de l’élaboration des politiques en matière de santé, l’efficacité clinique et la rentabilité de la carbétocine doivent être étudiées plus en détail dans les contextes canadiens. Les lignes directrices canadiennes doivent peut-être aussi être mises à jour à l’aide de publications récentes.