L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

La clonidine dans le traitement d'affections ou de symptômes psychiatriques : efficacité clinique, innocuité et lignes directrices

Dernière mise à jour : 21 février 2018
Numéro de projet : RC0961-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique de la clonidine dans le traitement d’affections ou de symptômes psychiatriques chez l’adulte?
  2. Quels sont les effets néfastes du mésusage ou de l’abus de clonidine?
  3. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet de la clonidine dans le traitement d’affections ou de symptômes psychiatriques chez l’adulte?

Messages clés

Les données probantes issues d’un examen rétrospectif de dossiers donnent à penser que la clonidine peut être efficace pour ce qui est des cauchemars qui hantent les anciens combattants en état de stress posttraumatique. Une étude de cohorte rétrospective indique que l’ajout de clonidine à la naltrexone dans la désintoxication opioïde à l’hôpital peut réduire le tabagisme et l’état de besoin. Un essai clinique comparatif randomisé montre qu’une seule dose de clonidine peut exercer un effet défavorable sur la consolidation mnésique chez des personnes atteintes de dépression profonde et des personnes bien portantes. Un examen rétrospectif de dossiers met en relief des effets néfastes de la surdose de clonidine : état de conscience altéré, myosis, hypothermie, bradycardie, hypotension et hypertension grave, et la dose de clonidine semble perturber la fréquence cardiaque minimale. Nous n’avons pas repéré de lignes directrices fondées sur des données probantes. Le petit nombre d’études pertinentes (n = 4), l’absence d’études de grande envergure (effectifs de moins de 120 personnes) et les limites quant à la méthodologie et à la qualité des études font que l’on ne peut tirer de conclusion ferme au sujet de l’efficacité clinique et de l’innocuité de la clonidine dans le traitement d’affections ou de symptômes psychiatriques chez l’adulte.