Begin main content

La kétamine dans le traitement pharmacologique de l'agressivité et de l'agitation dans le cadre de soins préhospitaliers : efficacité clinique et innocuité comparatives, et lignes directrices

Dernière mise à jour : 13 mai 2019
Numéro de projet : RC1118-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Que disent les données probantes comparatives de l’innocuité de la kétamine administrée dans le cadre de soins préhospitaliers et de la kétamine administrée par un médecin dans le traitement pharmacologique de l’agressivité et de l’agitation?
  2. Quelle est l’innocuité comparative de la kétamine, du lorazépam, du diazépam et de l’halopéridol dans le traitement pharmacologique de l’agressivité et de l’agitation dans le cadre de soins préhospitaliers?
  3. Quelle est l’efficacité clinique et l’innocuité comparatives de la kétamine, du lorazépam du diazépam et de l’halopéridol dans le traitement pharmacologique de l’agressivité et de l’agitation tous milieux de soins confondus?
  4. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet du traitement pharmacologique de l’agressivité et de l’agitation en milieu de soins préhospitaliers?

Messages clés

Des données probantes de faible qualité donnent à penser que la kétamine est associée à un plus haut taux d’intubation lorsqu’elle est administrée par un technicien ambulancier paramédical des services médicaux d’urgence au sol que lorsqu’elle est administrée durant un transport médical aérien ou au service des urgences. Dans le cadre de soins préhospitaliers (soins prodigués par des techniciens ambulanciers paramédicaux), la kétamine est associée à un plus haut taux d’intubation et à des complications plus fréquentes comparativement à l’halopéridol avec une benzodiazépine ou à l’halopéridol seul. Au service des urgences, la kétamine produit une sédation beaucoup plus rapide que les autres médicaments employés pour ce faire, sans différence significative avec ces médicaments pour ce qui est du taux d’intubation. Nous n’avons pas relevé d’études menées dans un établissement de santé communautaire ou un établissement d’une région éloignée ou isolée, où la kétamine aurait été administrée en l’absence d’un médecin. Nous n’avons pas recensé non plus de lignes directrices fondées sur des données probantes portant sur le traitement pharmacologique de l’agressivité et de l’agitation dans le cadre de soins préhospitaliers.