Begin main content

La modification du comportement dans le traitement de l'incontinence urinaire due à une vessie neurogène : efficacité clinique et lignes directrices

Dernière mise à jour : 20 septembre 2017
Numéro de projet : RC0925-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique de la modification du comportement dans le traitement de l’incontinence urinaire due à une vessie neurogène chez l’adulte?
  2. Que disent les lignes directrices fondées sur des preuves quant à la modification du comportement dans le traitement de l’incontinence urinaire due à une vessie neurogène chez l’adulte?

Messages clés

Nous n’avons pas cerné de données probantes issues d’une comparaison directe entre la modification du comportement et la pharmacothérapie, des anticholinergiques par exemple, dans le traitement de l’incontinence urinaire due à une vessie neurogène chez l’adulte.Selon une revue systématique de 2014, les exercices de renforcement du plancher pelvien sont plus efficaces dans la maitrise de l’incontinence urinaire à l’effort chez les femmes que l’absence de traitement ou les traitements témoins inactifs en vertu du compte rendu des patientes ou des aspects mesurés par le clinicien, et ils occasionnent peu d’effets indésirables. Lorsque le type d’incontinence urinaire n’est pas précisé, l’ampleur de l’effet est moindre. Il n’y a pas de données sur l’incontinence urinaire d’urgence ou sur l’incontinence urinaire mixte. Les femmes présentant une incontinence urinaire à l’effort ou un autre type d’incontinence sont plus satisfaites des exercices de renforcement du plancher pelvien que les femmes des groupes témoins qui, elles, sont enclines à rechercher un autre traitement.L’American College of Physicians recommande ces exercices comme traitement de première intention de l’incontinence urinaire à l’effort et se montre défavorable à la pharmacothérapie systémique dans ce cas. Quant à l’incontinence urinaire d’urgence, le Collège recommande la rééducation vésicale en tant que traitement de première intention et la pharmacothérapie si la rééducation vésicale échoue. Enfin, il recommande les exercices de renforcement du plancher pelvien associés à la rééducation vésicale en cas d’incontinence urinaire mixte (pas de mention d’un algorithme de traitement médicamenteux).