Begin main content

La psychothérapie psychodynamique brève dans le traitement de la maladie mentale : efficacité clinique et lignes directrices

Publié le : 12 octobre 2017
Numéro de projet : RC0932-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique de la psychothérapie psychodynamique brève dans le traitement de l’état de stress posttraumatique, de la dépression, des troubles anxieux, de la toxicomanie et des troubles de dépendance chez l’adulte?
  2. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet de la psychothérapie psychodynamique brève dans le traitement de l’état de stress posttraumatique, de la dépression, des troubles anxieux, de la toxicomanie et des troubles de dépendance chez l’adulte?

Messages clés

Deux revues systématiques démontrent que la psychothérapie psychodynamique brève peut être plus efficace que les interventions dans les groupes témoins (liste d’attente, traitement usuel) dans la prise en charge de la dépression ou de troubles mentaux courants du point de vue de la plupart des aspects psychologiques examinés et ce, jusqu’à six à neuf mois après la thérapie, mais ces effets n’ont pas de portée statistique neuf mois ou plus après le traitement. Deux essais cliniques comparatifs randomisés ne détectent pas de différence statistiquement significative entre la psychothérapie psychodynamique brève et la thérapie cognitivocomportementale dans la prise en charge du trouble dépressif majeur sur le plan des symptômes, de la qualité de vie et des taux d’incidents indésirables.Dans leurs lignes directrices de pratique clinique, les groupes de travail du Department of Veterans Affairs et du Department of Defense aux États-Unis et du National Institute for Health and Care Excellence (NICE) recommandent la psychothérapie psychodynamique brève dans le traitement du trouble dépressif majeur de gravité légère ou modérée si le patient refuse la pharmacothérapie ou s’il refuse les psychothérapies de première intention ou n’y a pas accès, dont la thérapie cognitivocomportementale et la thérapie interpersonnelle. Un guide de pratique conçu par NICE recommande la psychothérapie psychodynamique brève dans le traitement de la phobie sociale (trouble d’anxiété sociale) chez l’adulte qui refuse la thérapie cognitivocomportementale et les interventions pharmacologiques.

Mots-clés

depression, psychanalytique, dépression, dépressif, dépressive Consommation d'alcool; Psychothérapie brève; Psychothérapie psychodynamique; Troubles anxieux; Troubles de l'humeur; Troubles de stress post-traumatique; Troubles liés à une substance