Begin main content

L’accompagnateur en santé qualifié et la prévention ou la prise en charge de la maladie chronique : efficacité clinique, rentabilité et lignes directrices

Dernière mise à jour : 6 janvier 2016
Numéro de projet : RC0736-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique du recours à un accompagnateur en santé qualifié pour stimuler des modifications favorables du comportement de la personne atteinte d’une maladie chronique ou de la personne souhaitant réduire son risque élevé ou modéré de maladie chronique en agissant sur des facteurs de risque modifiables?
  2. Quelle est la rentabilité du recours à un accompagnateur en santé qualifié pour stimuler des modifications favorables du comportement de la personne atteinte d’une maladie chronique ou de la personne souhaitant réduire son risque élevé ou modéré de maladie chronique en agissant sur des facteurs de risque modifiables?
  3. Quelles sont les lignes directrices fondées sur des preuves quant au recours à un accompagnateur en santé qualifié pour susciter une modification de comportement du patient aux fins de prévention ou de prise en charge de la maladie chronique?

Messages clés

Nous avons relevé sept examens méthodiques, une évaluation économique et un ensemble de lignes directrices fondées sur des preuves portant sur le sujet de l’accompagnateur ou conseiller en santé. Pour la plupart des examens méthodiques recensés, l’on n’a pu procéder à des métaanalyses en raison de l’hétérogénéité des études examinées. Pour cette raison, les auteurs n’ont pu en arriver à une conclusion ferme quant à l’efficacité de l’accompagnateur en santé. Une analyse économique détermine qu’une intervention d’accompagnement de patients ayant subi un infarctus du myocarde n’est pas rentable comparativement aux soins usuels, lesquels coutent moins cher tout en étant tout aussi efficaces que l’intervention d’accompagnement en santé. Les lignes directrices répertoriées s’appuient sur les écrits examinant la place de l’accompagnateur en santé pour formuler un certain nombre de recommandations encourageant le recours à des techniques d’autogestion dans la prise en charge de la maladie chronique, quoiqu’aucune des recommandations n’aborde précisément la question de l’intégration de l’accompagnateur en santé au continuum de soins.