Begin main content

L’association buprénorphine/naloxone comparativement à la méthadone dans le traitement de la dépendance aux opioïdes : efficacité clinique et rentabilité comparatives, et lignes directrices

Dernière mise à jour : 2 septembre 2016
Numéro de projet : RD0032-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d’une évaluation critique, examinée par des pairs
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique comparative de l’association buprénorphine/naloxone et de la méthadone dans le traitement de la dépendance aux opioïdes?
  2. Quelle est la rentabilité comparative de l’association buprénorphine/naloxone et de la méthadone dans le traitement de la dépendance aux opioïdes?
  3. Quelles sont les lignes directrices fondées sur des preuves au sujet de l’association buprénorphine/naloxone dans le traitement de la dépendance aux opioïdes?

Messages clés

Cinq essais cliniques comparatifs randomisés et cinq études non randomisées évaluent l’efficacité clinique comparative de l’association buprénorphine/naloxone et de la méthadone dans le traitement d’entretien de la dépendance aux opioïdes.

Les patients traités par la méthadone sont plus nombreux à adhérer au traitement que ceux traités par l’association buprénorphine/naloxone. Les patients qui abandonnent le traitement le font pour divers motifs, dont l’absence au suivi et la non-observance du traitement médicamenteux. Les patients traités par l’association buprénorphine/naloxone sont plus enclins à s’abstenir de consommer des opioïdes que les patients sous méthadone, comme en fait foi le dépistage urinaire. À noter que, dans les études, la dose des médicaments est peut-être sous-optimale, et que, de ce fait, la véritable efficacité de l’association buprénorphine/naloxone et de la méthadone est en réalité meilleure. Précisons à cet égard qu’une étude constate, pour l’association buprénorphine/naloxone, une relation dose/effet linéaire. Les doses élevées de méthadone et de buprénorphine/naloxone sont plus efficaces que les doses basses.

Il n’y a pas de différences statistiquement significatives entre buprénorphine/naloxone et méthadone quant au nombre de patients subissant des effets néfastes, y compris pour ce qui est de la mortalité. Les résultats de quatre évaluations économiques indiquent que le traitement par buprénorphine/naloxone est plus efficace, mais plus couteux, que le traitement par la méthadone; toutefois, les écarts de rapport cout-efficacité différentiel sont faibles. Dans certains cas, l’association buprénorphine/naloxone domine (plus efficace et moins couteuse). L’on ne sait pas vraiment si ces résultats sont applicables dans le contexte canadien.

Un guide de pratique clinique canadien portant précisément sur l’association buprénorphine/naloxone, qui remonte à 2011, recommande de choisir le traitement selon les particularités cliniques du cas en question et les préférences du patient.

Somme toute, l’association buprénorphine/naloxone semble sure, efficace et rentable dans le traitement de la dépendance aux opioïdes par comparaison avec la méthadone.