Begin main content

Le test de détection du VPH sur autoprélèvement avec un écouvillon aux fins de dépistage primaire du cancer du col de l'utérus : exactitude diagnostique et données probantes cliniques - mise à jour

Dernière mise à jour : 30 mai 2019
Numéro de projet : RC1124-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’exactitude diagnostique comparative du test de détection du VPH utilisant un autoprélèvement avec un écouvillon, du test de détection du VPH sur échantillon prélevé par un clinicien et de la cytologie dans le dépistage du cancer du col de l’utérus chez les femmes asymptomatiques?
  2. Que disent les données probantes cliniques au sujet de la concordance entre le test de détection du VPH utilisant un autoprélèvement avec un écouvillon, du test de détection du VPH sur échantillon prélevé par un clinicien et de la cytologie dans le dépistage du cancer du col de l’utérus chez les femmes asymptomatiques?

Messages clés

À l’instar de la métaanalyse examinée dans le rapport antérieur de l’ACMTS, Arbyn et ses collaborateurs confirment que la différence entre le test de détection sur autoprélèvement et le test de détection sur échantillon prélevé par un clinicien demeure importante dans les tests de détection du VPH fondés sur la méthode d’amplification du signal. Depuis la publication de ce rapport, de nouvelles études ont examiné des tests de détection du VPH sur autoprélèvement et des tests de détection sur échantillon prélevé par un clinicien.Nous avons recensé deux revues systématiques, deux essais cliniques comparatifs randomisés (ECR) et dix études non randomisées. Dans la métaanalyse mise à jour d’Arbyn et ses collègues, les tests de détection du virus du papillome humain (VPH) sont classés en deux catégories : les tests selon la méthode d’amplification en chaine par polymérase (ACP) et les tests selon la méthode d’amplification du signal (AS). Lorsqu’il s’agit d’un test de détection du VPH par la méthode ACP, la sensibilité ou la spécificité des tests de détection sur autoprélèvement ne sont pas statistiquement différentes de celles des tests de détection sur échantillon prélevé par un clinicien dans le dépistage d’une néoplasie cervicale intraépithéliale (NCI) de grade 2 ou plus. Toutefois, s’il s’agit d’un test de détection du VPS selon la méthode AS, les tests sur autoprélèvement ne sont pas aussi exacts que les tests sur échantillon prélevé par un clinicien dans le dépistage d’une NCI2+.Des études primaires constatent un degré de concordance modéré à excellent entre les tests de détection du VPH sur autoprélèvement et les tests de détection du VPH sur échantillon prélevé par un clinicien. Divers tests de détection du VPH utilisés dans différents milieux de soins sont évalués.Toutefois, rien ne précise si les différences de concordance tiennent au type de tests de détection du VPH. Les études retenues sont hétérogènes et l’incidence de l’hétérogénéité sur la détermination de l’exactitude diagnostique ou de la concordance entre les tests de détection du VPH sur autoprélèvement et sur échantillon prélevé par un clinicien est incertaine.Des études futures sur l’exactitude diagnostique des tests de détection du VPH sur autoprélèvement et sur échantillon prélevé par un clinicien et leur concordance dans la population cible pourraient dissiper les incertitudes dans la mise en application des tests de détection du VPH sur autoprélèvement.