Begin main content

Les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 dans la réadaptation érectile après la prostatectomie totale : efficacité clinique et lignes directrices

Dernière mise à jour : 24 août 2017
Numéro de projet : RC0915-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (PDE5) dans le traitement de la dysfonction érectile après une prostatectomie radicale?
  2. Que disent les lignes directrices fondées sur des preuves au sujet de la réadaptation de la fonction érectile après une prostatectomie radicale?

Messages clés

Cinq revues systématiques indiquent que les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (PDE5) sont plus efficaces que le placébo ou la non-utilisation d’un inhibiteur de la PDE5 dans le rétablissement de la fonction érectile après une prostatectomie totale. Quant à savoir si le traitement à long terme est plus efficace que le traitement à court terme ou si l’administration régulière est plus efficace que l’administration à la demande, les données probantes sont limitées pour certaines, divergentes pour d’autres. Il n’y a pas de différences notables entre la dose élevée ou la dose basse de l’inhibiteur de la PDE5 ou entre le traitement hâtif et le traitement tardif à l’aide d’un inhibiteur de la PDE5 après la chirurgie. L’on ne rapporte aucune différence statistiquement significative dans l’efficacité entre le sildénafil, le vardénafil, l’avanafil et le tadalafil. Toutes les revues systématiques font état d’un nombre significativement plus grand d’incidents indésirables avec les inhibiteurs de la PDE5, quel que soit leur dose ou le protocole d’administration, qu’avec le placébo. En général, les effets indésirables sont d’intensité légère et les plus courants sont la céphalée, la bouffée congestive, la dyspepsie et la rhinite. Un essai clinique comparatif randomisé (ECR) ne constate pas de différence significative entre l’administration régulière et l’administration sur demande du sildénafil. Selon un autre ECR, le tadalafil à une fréquence d’administration uniquotidienne est plus efficace que le tadalafil sur demande et le placébo sur les plans de l’amélioration de la fonction érectile en général et assistée par médication, de la rapidité du rétablissement de la fonction érectile, du maintien de la longueur pénienne, de la réduction de l’absence d’érections matinales, de la satisfaction à l’égard du traitement et de la qualité de vie. Toutes les études retenues voient leur portée limitée par la durée de traitement possiblement insuffisante. Les lignes directrices recommandent les inhibiteurs de la PDE5 dans le traitement de la dysfonction érectile après la prostatectomie radicale, mais ne disent rien de la solidité de ces recommandations qui, pour beaucoup, sont fondées sur des données probantes contradictoires, surannées ou de piètre qualité.