Begin main content

Suboxone par rapport à la méthadone pour le traitement de la dépendance aux opiacés : examen de l'efficacité clinique et de la rentabilité

Dernière mise à jour : 14 novembre 2013
Numéro de projet : RC0495-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Rapport en Bref

Contexte
Il y a dépendance aux opiacés lorsqu'on fait un usage inapproprié d'opiacés illégaux, comme l'héroïne, ou d'ordonnance, comme le Tylenol avec codéine, l'oxycodone et la morphine. Le traitement de la dépendance passe par la stabilisation, la désintoxication et le maintien. Pendant la désintoxication, on substitue la méthadone ou la buprénorphine aux opiacés en question jusqu'à ce que le patient n'en soit plus dépendant.

Technologie
La méthadone est un agoniste opioïde à action prolongé. On le retrouve sous forme de poudre qui est dissoute dans un liquide destiné à être bu par le patient, ou sous forme de solution prémélangée (1 mg/mL). Methadose (10 mg/mL) est une solution de méthadone commerciale préparée à 10 fois la concentration de la méthadone normale. Suboxone est une association à doses fixes de buprénorphine (agoniste partiel du récepteur opioïde mu) et de naloxone (antagoniste opioïde). On l'offre sous forme de comprimé qui se glisse sous la langue. En prise orale, seule la buprénorphine se retrouve dans la circulation. Cependant, si Suboxone est pulvérisé et injecté, le naloxone entrera dans la circulation et provoquera rapidement des symptômes de sevrage (vomissements, diarrhées, crampes musculaires).

Sujet
On réserve actuellement Suboxone aux patients chez qui la méthadone est contrindiquée. Un examen actualisé des données probantes cliniques, y compris les essais cliniques comparatifs non randomisés (ECnR), sera en mesure d'éclairer les décisions quant à l'usage de Suboxone chez les patients dépendants des opiacés.

Méthodes
On a procédé à une recherche documentaire limitée à partir des ressources clés et examiné les titres et résumés des publications repérées. On a ensuite évalué le texte intégral des publications en vue de procéder au choix final des articles selon des critères de sélection déterminés au préalable.

Résultats
La recherche documentaire a permis de repérer 121 références; aucun article ne s'est ajouté d'autres sources. Après dépouillement des résumés, 28 études ont été jugées potentiellement pertinentes et 8 études cliniques ont satisfait aux critères d'inclusion du présent examen, soit 4 ECR, 4 ECnR et 2 analyses économiques.

Messages clés

  • Suboxone agit de manière comparable à la méthadone, en ce qui a trait à…
    • l'observance du traitement
    • l'absence d'usage d'opiacés pendant le traitement
    • les performances cognitiveso les évènements néfastes.
  • La rentabilité de Suboxone était sensiblement la même que celle de la méthadone en Australie et était supérieure en Grèce.
  • On ignore les risques et les avantages de Suboxone dans le traitement de populations particulières comme les femmes enceintes ou les enfants.

Question

  1. Quelle est l'efficacité clinique comparative de Suboxone par rapport à la méthadone dans le traitement de patients présentant une dépendance aux opiacés ?
  2. Quelle est la rentabilité de Suboxone par rapport à la méthadone dans le traitement de patients présentant une dépendance aux opiacés ?

Messages clés

Des données probantes limitées tendent à démontrer que Suboxone aurait des effets cliniques comparables à la méthadone quant à la poursuite du traitement et à la consommation d'héroïne chez les patients adultes présentant une dépendance aux opiacés, et le produit serait plus rentable que la méthadone. On n'a repéré aucune donnée probante sur l'efficacité comparative de Suboxone par rapport à la méthadone dans les autres sous-groupes. On ne peut établir avec certitude la rentabilité de Suboxone dans une population canadienne.