La TEP ciblant l'antigène membranaire spécifique de la prostate dans le diagnostic du cancer de la prostate : utilité clinique, rapport cout/efficacité, exactitude diagnostique et lignes directrices


( Dernière mise à jour : novembre 26, 2020)
Gamme de produits:
Examen d’une technologie de la santé
Project Sub Line:
Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Numéro de projet :
RC1321-000

Détails


Question


  1. Quel est le rapport cout/efficacité de la TEP ciblant l’antigène membranaire spécifique de la prostate (PSMA) marqué au gallium-68 (68Ga) ou au fluor-18 (18F) en cas de confirmation ou de soupçon de cancer de la prostate métastatique ou de récidive biochimique?

  2. Quelle est l’exactitude diagnostique de la TEP ciblant le PSMA marqué au 68Ga ou au 18F en cas de confirmation ou de soupçon de cancer de la prostate métastatique ou de récidive biochimique?

  3. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet de la TEP ciblant le PSMA marqué au 68Ga ou au 18F en cas confirmation ou de soupçon de de cancer de la prostate métastatique ou de récidive biochimique?


Messages clés

D’après une analyse économique bien menée, la tomographie par émission de positons (TEP) ciblant l’antigène membranaire spécifique de la prostate (PSMA) est une option de rechange rentable à l’imagerie usuelle chez les patients ayant une récidive biochimique de cancer de la prostate. On ignore toutefois si les résultats de l’étude sont applicables au contexte des soins de santé canadiens, et l’étude est limitée par ses sources de données sur les aspects cliniques et les couts. Les données probantes répertoriées sur l’exactitude diagnostique de la TEP ciblant le PSMA sont issues de 197 études originales colligées par 16 revues systématiques. D’après 11 des revues, ce vaste corpus de données probantes comporte un risque important de biais, le plus souvent en lien avec la méthode diagnostique de référence. Par ailleurs, quatre revues systématiques signalent des signes de biais de publication privilégiant les résultats positifs parmi les données probantes issues des études originales. Malgré une forte hétérogénéité et l’absence de critères d’évaluation cohérents quant à l’efficacité diagnostique entre les études originales, les revues systématiques indiquent qu’il y aurait consensus que la TEP ciblant le PSMA offre un rendement diagnostique utile dans le contexte du cancer de la prostate récidivant. Nous avons également tiré des données probantes de quatre revues systématiques qui laissent entendre que la TEP ciblant le PSMA a une meilleure exactitude diagnostique que la TEP ciblant la choline radiomarquée. On note également un consensus sur le fait que l’exactitude diagnostique de la TEP ciblant le PSMA diminue lorsque le taux de l’antigène prostatique spécifique (APS) est plus faible, durant une récidive biochimique, à l’instar des autres traceurs radiomarqués de TEP. Une métaanalyse conclut en outre que la TEP ciblant le PSMA offre une détection de la maladie statistiquement supérieure comparativement à la TEP ciblant la choline radiomarquée chez les patients ayant un faible taux d’APS. Les auteurs de la majorité des revues systématiques concluent qu’il faudrait mener des essais comparatifs prospectifs de grande envergure utilisant une méthode de référence appropriée et uniforme pour bien établir l’exactitude diagnostique de la TEP ciblant le PSMA et, par le fait même, son rôle optimal dans le diagnostic de la récidive de cancer de la prostate. Un ensemble de lignes directrices américaines formule une recommandation pertinente reposant sur l’opinion d’un expert : la TEP-TDM, y compris la TEP ciblant le PSMA, pourrait être une option de rechange à l’imagerie usuelle chez les patients ayant une récidive biochimique de cancer de la prostate.