L’activité physique dans le traitement de la douleur chronique : synthèse des données probantes


( Dernière mise à jour : juillet 28, 2020)

Page Type:
Outil

En résumé : D’après des données probantes de faible qualité, l’activité physique pourrait réduire la douleur et améliorer le fonctionnement chez certains adultes atteints de douleur chronique et entrainerait peu d’effets indésirables.

Messages clés du rapport de l’ACMTS (portant sur les adultes atteints de gonarthrose)

  • L’activité physique pourrait réduire la douleur et améliorer le fonctionnement, les résultats et la qualité de vie liée à la santé comparativement aux soins usuels, à l’absence de traitement et aux interventions simulées.
  • Des données probantes limitées sur les évènements indésirables laissent croire que l’exercice entraine une augmentation passagère de la douleur mineure comparativement à un traitement simulé; il n’y a toutefois aucune différence dans l’aggravation de la douleur, les chutes ou la mortalité.
  • Selon des données probantes limitées, l’exercice à faible impact alliant des exercices musculaires, des étirements et de l’aérobie n’occasionne pas d’évènements indésirables graves chez les adultes âgés. De même, il n’y a aucune différence entre un groupe faisant de l’activité physique et un groupe témoin pour ce qui est de la fréquence des remplacements du genou.
  • Étant donné l’hétérogénéité dans les interventions, la durée de suivi et la fréquence ou la durée de l’exercice, il est difficile de tirer des conclusions sur l’approche optimale à adopter en ce qui concerne l’activité physique dans le soulagement de la douleur liée à la gonarthrose. Des recherches supplémentaires devront être menées sur ce sujet.

Messages clés du tour d’horizon de Cochrane des revues Cochrane

  • Dans l’ensemble, des données probantes de faible qualité indiquent que l’activité physique pourrait réduire l’intensité de la douleur et améliorer le fonctionnement physique comparativement à l’absence d’intervention chez l’adulte atteint de douleur chronique.
  • Des données probantes laissent croire que l’intervention aurait peu d’évènements indésirables dans ce contexte.
  • Des recherches de grande qualité seront nécessaires pour approfondir la question.