Le cannabis médicinal en soins palliatifs : efficacité clinique et lignes directrices - mise à jour


( Dernière mise à jour : octobre 29, 2019)
Gamme de produits:
Examen d’une technologie de la santé
Project Sub Line:
Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Numéro de projet :
RC1187-000

Détails


Question


  1. Quelle est l’efficacité clinique du cannabis médicinal dans la maitrise de symptômes chez des adultes en soins palliatifs?

  2. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet de l’usage de cannabis médicinal pour maitriser des symptômes chez des adultes en soins palliatifs?


Messages clés

L’efficacité clinique du cannabis médicinal dans le traitement symptomatique d’adultes en soins palliatifs est incertaine en raison de la rareté des données probantes de qualité et ce, tant pour la plante que pour ses extraits ou que pour les cannabinoïdes synthétiques. Selon une revue systématique de neuf essais cliniques comparatifs randomisés, les données probantes de faible qualité donnent à penser que, chez des personnes infectées par le VIH, le dronabinol (cannabinoïde synthétique) peut être plus efficace que le placébo pour améliorer l’appétit et produire un gain de poids, au prix cependant d’un risque accru d’effets psychiatriques indésirables. Chez les patients cancéreux, le dronabinol peut être moins efficace que le mégestrol pour améliorer l’appétit et la qualité de vie, et produire un gain de poids, et le risque d’abandon de traitement pour cause d’évènements indésirables est plus grand qu’avec le mégestrol. De même, chez les personnes infectées par le VIH, le dronabinol serait moins efficace que le mégestrol pour produire un gain de poids.Deux guides de pratique fondés sur des données probantes abordent le sujet du cannabis médicinal en soins palliatifs. L’un d’eux s’oppose expressément à l’utilisation de cannabis médicinal en première ou deuxième intention dans la maitrise de la douleur cancéreuse. Il propose de le prendre en considération en cas de symptômes réfractaires en en soupesant minutieusement les risques potentiels. De même, l’autre guide estime que le cannabis médicinal ne devrait être utilisé en soins palliatifs que lorsque les autres traitements ont échoué et seulement après avoir pris en compte les interactions médicamenteuses et les évènements indésirables potentiels.