Les interventions de modification du poids dans la prise en charge de la douleur chronique non cancéreuse : efficacité clinique


( Dernière mise à jour : mars 31, 2020)
Gamme de produits:
Examen d’une technologie de la santé
Project Sub Line:
Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Numéro de projet :
RC1258-000

Détails


Question


  1. Quelle est l’efficacité clinique des interventions de modification du poids dans la prise en charge de la douleur chronique non cancéreuse?


Messages clés

Nous avons repéré trois revues systématiques (portant sur 13 études originales pertinentes) et deux études non randomisées examinant l’efficacité clinique des interventions de modification du poids (diète, activité physique ou les deux) dans la prise en charge de la douleur non cancéreuse chez l’adulte en surplus de poids (indice de masse corporelle de 25 kg/m2 ou plus). Nous n’avons toutefois pas trouvé de données probantes sur l’efficacité clinique des interventions de modification du poids chez l’adulte ayant un indice de masse corporelle de moins de 18,5 kg/m2.



Les trois revues systématiques sont généralement rigoureuses, mais les études originales incluses comportent des limites méthodologiques, de sorte que le niveau de preuve est de faible à modéré. Les articles retenus arrivent à différentes conclusions sur l’efficacité clinique des interventions de modification du poids dans la prise en charge de la douleur chronique non cancéreuse chez l’adulte en surpoids. Plus précisément, dans la plupart des études, les interventions (diète ou activité physique) entrainent une réduction statistiquement significative du poids et des améliorations relativement à la douleur et à la capacité physique fonctionnelle par rapport à l’absence d’intervention. Cependant, d’autres études ne détectent aucune différence statistiquement significative quant au poids, à la douleur ou à la capacité physique fonctionnelle entre les groupes subissant l’intervention (diète et/ou activité physique) et les groupes témoins (aucune intervention). Les problèmes gastro-intestinaux légers sont plus nombreux dans les groupes suivant une diète que dans les groupes témoins; toutefois, on ne connait pas les nombres exacts. En outre, aucun évènement indésirable grave n’a été signalé, que ce soit dans les groupes d’intervention ou dans les groupes témoins. 



Il faut tenir compte des limites des études retenues (hétérogénéité des interventions et des critères d’évaluation, traitements de durées variables, risque de biais d’exécution attribuable à des devis ouverts, constatations contradictoires) dans l’interprétation des résultats de ce rapport.