L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

Les interventions susceptibles d’influer sur l’usage d’antibiotiques dans le traitement des infections aigües des voies respiratoires supérieures

Dernière mise à jour : 12 mars 2021
Numéro de projet : RC1332-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique de la prescription différée d'antibiotiques pour influer sur l'usage d'antibiotiques dans le traitement d'une infection aigüe présumée des voies respiratoires supérieures?
  2. Quelle est l'efficacité clinique d'autres interventions en médecine familiale pour influer sur l'usage d'antibiotiques dans le traitement d'une infection aigüe présumée des voies respiratoires supérieures?

Messages clés

Nous avons relevé 13 revues systématiques (RS). Deux d'entre elles abordent la question de la prescription différée d'antibiotiques et 12 d'entre elles examinent les interventions en médecine familiale. La prescription différée est associée à une réduction du recours aux antibiotiques dans le traitement d'infections des voies respiratoires supérieures (IVRS) par rapport à la prescription immédiate; elle ne semble pas avoir d'incidence sur la satisfaction des patients ou sur le taux de consultations ultérieures. Cependant, nous avons trouvé moins de données probantes au sujet des résultats cliniques, de l'utilisation des soins de santé ou de l'antibiorésistance. Une revue systématique conclut qu'il n'y a pas de différence entre la prescription différée et la prescription immédiate d'antibiotiques en ce qui concerne plusieurs résultats cliniques, mais que la prescription immédiate pourrait atténuer de façon modeste les symptômes de l'otite moyenne aigüe et du mal de gorge, comparativement à la prescription différée.

Diverses interventions en médecine familiale ont été évaluées; cependant, chacune de ces revues contient en général, pour la plupart des interventions, peu d'études originales pertinentes. Il appert que le recours à des tests rapides ou délocalisés pour guider le choix de traitement d'IVRS aide à réduire la prescription d'antibiotiques, comparativement au recours aux soins habituels ou témoins; il y a toutefois peu de données probantes sur les résultats cliniques associés à ces tests. Une revue systématique portant sur l'antibiothérapie guidée par le dosage de la procalcitonine indique que cette intervention n'entraine aucune différence dans le nombre de jours avec restriction des activités ou dans les taux d'échec du traitement, comparativement à l'intervention témoin. Une autre revue systématique révèle que le recours à des tests délocalisés de protéine C réactive pour éclairer la prescription d'antibiotiques n'entraine pas de différence dans le rétablissement ou le délai de disparition des symptômes. Cependant, les revues à ce sujet ne comportent que deux essais cliniques randomisés. Les données probantes sont partagées sur les diverses interventions ciblant le patient ou le fournisseur de soins de santé, notamment l'information, la formation et les outils. Dans certaines études originales comprises dans les RS, ces interventions entrainent une réduction de la prescription d'antibiotiques, alors que dans d'autres, les interventions n'ont pas d'incidence sur la prescription d'antibiotiques.​